Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le double langage tenu à Bruxelles par HOLLANDE n'émeut pas les médias

Pendant qu’à Paris Nicole BRICQ en remet une couche sur BARROSO, HOLLANDE louvoie à Bruxelles et admet qu’il faut arriver à maîtriser nos dépenses. Ce discours reconnaissons-le ne l’engage à pas grand-chose, sinon à éviter un conflit direct avec la Commission, il n’aime pas les querelles paraît-il.

En effet, il y a le discours tenu à Paris par Hollande et son gouvernement qui est une chose et qui a l’heur de satisfaire les électeurs socialistes fanatiques et le discours tenu à Bruxelles, sensé lui aussi satisfaire la Commission, lui laissant le champ libre pour agir selon le vent le moment venu, mais qui n’ira pas forcément dans le sens souhaité par Bruxelles.

Maîtriser nos dépenses, HOLLANDE, le rabâche, cela fait conscient du problème, mais que fait-il pour cela ? Rien. PEILLON va même embaucher 10 000 professeurs supplémentaires ce qui ne va certainement pas contribuer à diminuer les dépenses de l’État. Il y a aussi les emplois-aidés, qui ne vont qu’aider à masquer la réalité du chômage et à leurrer ceux qui voudront continuer à croire aux balivernes du Sieur HOLLANDE.

Ne nous y trompons pas, HOLLANDE est socialiste, mais pas un socialiste moderne, il est socialiste façon soviet. Donc il faut accroître le nombre des travailleurs dépendants de l’État et faire diminuer les entreprises privées car leurs bénéfices ne rentrent pas dans les caisses de l’État ce qui paraît inconcevable à un cerveau socialiste formaté Soviet des années 30 comme celui de HOLLANDE.

HOLLANDE est pour l’instant coincé car la Commission Européenne exige de sa part des réformes et notamment la réforme des retraites où l’on doit s’aligner sur les autres pays européens ainsi que la baisse des dépenses. Quant aux électeurs socialistes, ils n’entendent pas du tout revenir sur les acquis des retraites, et sont pour la plupart enchantés par le nombre de fonctionnaires. Pris entre deux feux HOLLANDE amuse les deux camps. Il espère qu’à l’automne, les Allemands mettront dehors Angela MERKEL et qu’il pourra mieux discuter avec ses homologues du SPD, et ainsi de pouvoir remettre en question la rigueur prônée par Angela MERCKEL. Ceci n’est pas certain du tout.

Il semblerait que HOLLANDE par son discours à Bruxelles ait évité le clash, mais ce qui est annoncé en France par le gouvernement pour les prochaines semaines n’est pas fait pour satisfaire Bruxelles.

HOLLANDE fonctionne à l’Élysée comme il fonctionnait rue de Solferino ou en Corrèze, en louvoyant, en disant à son interlocuteur ce que celui-ci veut entendre, quitte à faire tout le contraire ensuite pour satisfaire son ambition. C’est ce qui se passe avec la Commission Européenne, car il ne tient pas à mécontenter son électorat réduit à peau de chagrin. Par conséquent, Bruxelles peut toujours attendre les efforts faits par Paris. Nous devons nous attendre à de nouveaux rappels à l’ordre musclés de la part de la Commission.

HOLLANDE n’a aucune parole, il n'a que ses rêves et son ambition démesurée pour outils. Chaque jour de son quinquennat nous éloigne du peloton de tête européen et nous enfonce dans la récession.

Ce qui est impressionnant, ce sont les médias dont la Nabote ne s’explique pas le comportement. Ce n’est pas possible, aucun média, à part le Point et quelques inconnus qui le font frileusement, aucun média ne dénonce l’incohérence des propos présidentiels. Aucun média ne dénonce la politique délirante de ce gouvernement qui n’a que des effets négatifs sur l’économie du pays. Dès que HOLLANDE met un pied hors de France, c’est une bévue assurée, qu’ils essaient d’amoindrir à chaque fois. Non, seulement ils ne disent rien mais encore ils manipulent l’opinion en faveur de ce pouvoir nullissime au possible. À croire que l’avenir du pays n’intéresse pas les médias qui semblent envoûtés par les sourires benêts de notre président. Ils ont récupéré leurs avantages que leur avait supprimé SARKOZY, (d’où leur lynchage en règle) donc tout va bien pour eux. Tant pis pour la France.

La Nabote

Tag(s) : #L'actualité au jour le jour