Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Dijon, ambiance tendue pour HollandeIl paraît que notre Cher Président  se lance dans un « Hollande Tour 2 » ce n’est pas la Nabote qui le dit mais les médias. Mais la campagne électorale est terminée, il faut le lui dire, c’est au boulot maintenant.

La Nabote a suivi les commentaires concernant  la 1ère  visite de notre Cher Président à Dijon afin d’essayer de redorer son blason,  officiellement pour expliquer sa politique à ces Français qui semblent bien demeurés à notre Président puisqu’ils ne le comprennent pas.Visiblement cela ne s'est pas passé comme il le pensait, mais il a tout de même un admirateur.

L’article du monde

Ce n'est pas exactement le scénario qu'il espérait. François Hollande, en déplacement deux jours à Dijon pour renouer avec le terrain, a été interpellé dès son arrivée dans le quartier populaire des Grésilles, par des personnes mécontentes de sa politique.

Tout avait pourtant été cadré par ses conseillers. Arrivée en train, déambulation parmi la population, dispositif de sécurité léger, la mise en scène vantée par l'Elysée n'était pas sans rappeler "l'homme normal" de la campagne présidentielle. Mais dès le début, l'ensemble sonne un peu faux. Parmi les gens présents, les trois quarts sont en réalité des militants socialistes, venus plaider la cause de M. Hollande, réclamant de la patience et de l'indulgence pour le gouvernement qui bataille avec la crise.

A l'arrivée sur place du président de la République, la tension monte d'un cran. Des syndicalistes de Solidaires se sont notamment réunis "pour lui rappeler qu'il est socialiste". Plusieurs personnes lui lancent des reproches, l'accusant de "faire la politique du patronat", et de se soucier davantage de la guerre au Mali et du mariage pour tous que des problèmes quotidiens des Français. L'un d'entre eux crie : "M. Hollande, elles sont où vos promesses ?"

L'homme est immédiatement évacué, manu militari, par les services de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) :

Des images agressives assez éloignées du but recherché par M. Hollande. Alors qu'il est occupé à signer quatre emplois d'avenir dans la maison de l'emploi et de la formation du bassin dijonnais, ses services s'activent pour calmer le jeu. Devant les journalistes présents, les conseillers de l'Elysée remettent la responsabilité sur les forces de sécurité de la préfecture, plaidant l'excès de zèle.

Et M. Hollande dans tout ça ? Interrogé sur la scène qui vient de se dérouler, le président, placide, répond "ah bon ?" avant de reprendre sa visite à travers les rues.

-      L’article d’Europe1

Reprendre contact avec les Français, tel est l’objectif du déplacement de deux jours de François Hollande, à Dijon. Mais lundi matin, l’envoyée spéciale d’Europe 1 a pu constater que les choses avaient mal commencé.

Dès son arrivée dans le quartier populaire des Grésilles, le chef de l’Etat a ainsi été apostrophé par un petit groupe de manifestants "pour lui rappeler qu'il est socialiste". Les services de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) les ont aussitôt "évacués". Un incident isolé ? Pas vraiment. Quelques minutes plus tard, c’est un homme seul qui lance au chef de l’Etat "M. Hollande, elles sont où vos promesses ?". Là encore, l’homme est embarqué manu militari. Comme un jeune militant du NPA un peu plus tard.

Dans la foule, l’exaspération se fait sentir. Parmi les journalistes présents, c’est le décalage entre l’ambition annoncée de ce déplacement – une visite "normale" pour reprendre contact avec les Français – et la réalité du terrain qui surprend. D’autant que l’envoyée spéciale d’Europe 1 a pu constater que trois quart des personnes interrogées sur place étaient des… militants socialistes venus faire la claque.

Une sécurité renforcée, des critiques interdites et un président inaccessible, voilà qui ne colle pas avec la stratégie élaborée à l’Elysée. Les conseillers du président ont alors demandé au service d’ordre de mettre la pédale douce.

Après avoir signé des emplois d'avenir dans la maison de l'emploi et de la formation du bassin dijonnais, François Hollande a repris sa visite dans une ambiance apaisée. "Ah bon ?" a-t-il répondu aux journalistes qui s’inquiétaient auprès de lui de ce début de journée raté.


2 médias, les 2 disent exactement la même chose.

Après avoir bien critiqué son prédécesseur, le voilà qu’il opte pour sa méthode. Quand on n'a pas une forte personnalité, on imite les autres. Encore que pour cela il faut avoir un certain talent qui fait, visiblement, défaut à notre Lutin de la rodomontade. Le fait de s'entourer de conseillers en image ne sert à rien si soi-même on n'est pas porteur d'une image forte. Comme l'eau, Hollande,  est "inodore et incolore" et le meilleur publicitaire ne transformera jamais une deux-chevaux en Ferrari.

 

Finalement que retient la Nabote de ce 1er jour à Dijon :

-     - Notre Président est venu en train, ben oui, c’est un homme normal, mais il est vraiment simplet, pense-t-il encore  que son effet de com des vacances dernières va fonctionner indéfiniment? L’accueil à la gare par certains n’a pas été celui attendu

-      -Sarko n’appréciait pas la critique mais lui non plus visiblement puisque les manifestants sont évacués manu militari par sa garde rapprochée. Au moins Sarko avec « ton casse –toi pauvre con » avait réglé le problème lui-même. De plus, le monsieur qui l’a interpellé est resté poli, ce qui n’était jamais le cas avec Sarkosy. 

-     - Mais ce qui fait le plus sourire la Nabote ; ce sont les ¾ des personnes présentes qui sont des militants socialistes. Il semble souvenir à la Nabote que ce genre de procédé avait été fort reproché à Mr Sarkozy par cette même gauche. À tout considéré ce n’était pas si mal puisqu’ils réitèrent la chose, entre gens de la même maison, on ne se violente pas. Il ne fallait pas critiquer Messieurs de Gauche pour faire pareil ensuite.

-      -Notre Président a aussi signé 4 contrats d’emplois d’avenir, si c’est lui qui les signent tous, nous ne sommes pas encore rendus aux 100 000   qu’il a fixés  pour 2013.

- Le commentaire de notre Président à la suite de cette journée où on lui faisait remarquer les ratées: Ah bon?  démontre tout le mépris du bonhomme, il disait que Sarkosy méprisait le peuple, cette journée démontre que notre cher Président applique à la lettre tout ce qu'il décriait hier.

Tout cela comme beaucoup le relève, fait plus tâche qu’autre chose dans la présentation idyllique que nous avait fait l’Élysée pour l’annonce de ce voyage en Province. À trop en faire au niveau de la communication, cela devient trop visible et le Français bien que pris pour un demeuré par Notre Président ne s’y trompe pas, le discours sonne faux, effectivement. Il ne suffit pas de faire le beau et des sourires, il faut être efficace Monsieur le Président et vous ne l’êtes guère.

Attendons demain, la suite du  beau voyage de notre Cher Président.

Tag(s) : #L'actualité au jour le jour