Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Si on ne trouve plus d'enseignants en France, c'est que le métier est difficile".  Nous dit Monsieur PEILLON.

Est-ce si surprenant? Absolument pas. La Nabote dans de précédents articles l'avait déjà plus ou moins évoqué.

Ce métier d'enseignant est  passionnant, mais n'est pas enseignant qui veut. La Nabote estime que la super relation qu'elle a toujours eu avec ses élèves   est une chance, un don de la nature au même titre que certains sont doués pour le chant. On est fait pour cela ou pas, être enseignant c'est un sacerdoce car ce métier nous prend énormément de temps .

 Si vous faites ce métier uniquement pour les vacances apparentes vous déchanterez très très vite, et certains d'ailleurs l'abandonnent très vite. Cependant on a beau avoir la foi et aimer le contact avec les jeunes,  il y a  bien des points qui peuvent rebuter les jeunes à en faire leur métier:

- Le salaire tout d'abord car pour être professeur aujourd'hui, il faut au minimum 4 ans après le bac pour n'avoir au démarrage guère plus qu'un SMIC, il faut passer les concours, et ensuite pour avoir une augmentation attendre plus de 3 ans entre chaque échelon. Tout ceci, pour quand on est dans le métier, faire plus de 35 heures par semaine, la Nabote a déjà expliqué dans un précédent article le temps hebdomadaire qu'un professeur  passait pour ses élèves.

- Autre point tout aussi rebutant est que les enseignants sont totalement décriés par l'ensemble de la population. Ce sont des fainéants, ben oui M'sieurs- Dames pourquoi donc ne l'avez-vous jamais fait puisque c'est un métier de planqués?, ils ont des vacances comme personne, oh là là, c'est vrai, nous trouvons nos cours sous les sabots d'un cheval, aucun besoin de préparation, d'autant que chacun de nos ministres y va régulièrement de sa réforme, ce qui fait que nos cours sont rapidement obsolètes. Et puis les longues vacances sont faites pour les enfants pas pour les enseignants. Si les élèves sont en vacances, leurs enseignants aussi par la force des choses. 

- Les parents aujourd'hui sont un véritable fléau pour un professeur. Ceux-ci comme il a déjà été dit préfèrent "faire leur vie" comme ils disent plutôt qu'éduquer leurs enfants qui leur "bouffent" du temps pour eux. Ils ne sont pas capables de gérer un ou deux enfants mais l'enseignant doit  faire merveille avec plus de 30 où il y en a toujours 3 ou 4 qui ont un contexte familial très gratiné et une vingtaine d'autres pour qui les parents sont trop occupés professionnellement c'est la principale excuse, pour laisser couler l'éducation de leurs enfants. Comme les parents sont incapables de la moindre éducation, ils ne tolèrent pas quand un enseignant leur fait savoir que leur rejeton est particulièrement pénible car il ne respecte aucune règle de discipline, mais quand on est 30, si il n'y a aucune discipline ce n'est pas possible.

- Les jeunes eux-mêmes, qui a force d'entendre que leurs enseignants sont des planqués, fainéants n'ont aucun respect pour eux. Ils connaissent très bien leurs droits c'est à dire tout ce qu'un professeur ne doit pas faire à leur encontre, et parfois s'ingénient à pousser l'enseignant dans ses retranchements en espérant la faute, mais par contre ils font fi de tous leurs devoirs.Mais très souvent ils n'ont aucun respect pour leurs parents alors comment en espérer pour un enseignant? Quoique la Nabote s'est parfois aperçu qu'un  jeune avait plus de respect pour elle que pour ses parents, et là c'est grave pour les parents.

- Les faits divers où des parents poursuivent en justice un enseignant pour des raisons souvent futiles ne doivent guère être encourageants pour qui veut faire le métier, les médecins aujourd'hui se retrouvent aussi avec ce dilemme. Nous voulons bien faire, mais pas avoir des abrutis de parents qui sont totalement à côté de la plaque sur le dos, qui viennent nous insulter voire nous poursuivre en justice parce que l'on a réagi face à leur progéniture sans éducation. Sur ce plan le métier d'enseignant est aujourd'hui devenu un métier risqué et peu gratifiant. La Nabote dira: quel bonheur quand on voit des élèves qui réussissent bien leur vie.


Si a une époque, le métier d'enseignant était un métier respecté et honoré, mais cela il y a fort longtemps car la Nabote ne l'a pas connu, aujourd'hui c'est un métier qui sert de serpillière à  une société décadente et défaillante au niveau de l'éducation des enfants. Il est plus facile et plus rapide de dire oui à tout, mais est-ce une solution pour les parents? un avantage pour les enfants? pas si sûr.

 

Alors Mr PEILLON quand vous rendrez un peu de légitimité et de dignité aux enseignants, quand vous les paierez un peu mieux, quand les parents comprendront qu'ils doivent être avec les enseignants et non contre, peut-être trouverez -vous plus d'amateurs  pour ce beau métier.

Tag(s) : #Enseigner, mon grand bonheur