Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

François Hollande a démis de ses fonctions Delphine Batho parce qu’elle avait critiqué le budget 2014 établi par le gouvernement. Effectivement, si un ministre n’est pas d’accord, il s’en va ou s’il souhaite conserver son poste, il ne fait aucune remarque désobligeante publiquement, c’est une règle qui peut se discuter. L’autorité de François Hollande n’aurait pas prêté à commentaires si celui-ci avait procédé ainsi avec tous ses ministres rebelles, mais tel n’est pas le cas, ce qui fait que cet acte d’autorité confirme un trait de caractère chez lui, peu reluisant celui d’être opportuniste et fourbe.

Anita Hausser dans Atlantico, décrit assez bien la situation :

« François Hollande a fait acte d’autorité à peu de frais. Malek Boutih, proche de la déchue, a osé déclarer que la décision avait été "plus rapide que pour un menteur ou pour un voleur", allusion à Jérôme Cahuzac dont le débarquement du gouvernement a trop tardé aux yeux de nombreux socialistes. Une fois les micros éteints, on a entendu une autre chanson : les plus modérés parlent d’un "très mauvais signal" adressé aux Français à propos des questions environnementales. Et les autres évoquent carrément "une connerie", même s’ils reconnaissent que Philippe Martin a la fibre écologique. Mais voilà, le problème est ailleurs : "il était plus facile de s’en prendre à Delphine Batho qui est une fille timide qu’à un Montebourg ; elle est la lampiste", relevait un député désolé. Les oreilles d’Arnaud Montebourg ont dû beaucoup siffler depuis cette annonce. Son nom est dans toutes les têtes ; mais Arnaud Montebourg fait figure d’intouchable en raison de son poids au sein du PS et de la sensibilité eurosceptique qu’il incarne. Et ça, à la veille d’une campagne européenne qui ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices, c’est rudement plus utile que des élus Verts qui réclament "une véritable fiscalité écologique", avec notamment l’augmentation du prix du diesel. »

Hollande pense prouver à l'opinion publique qu'il peut être capable de brutalité, et de sévérité. Cela aurait été s'il avait pris des sanctions face à un Montebourg autrement plus insolent et critique qu'une Delphine Batho, ce dont il s'est toujours bien gardé de faire. Il démontre ainsi qu'il est beaucoup plus préoccupé de ses alliances politiques qui peuvent lui permettre de se maintenir au pouvoir que de la cohésion réelle de son gouvernement, comme l’explique très bien Anne Hausser.

Hollande en renvoyant Batho a plus démontré son côté calculateur qui cherche à démontrer aux Français qu'il peut être énergique, qu’un réel acte d'autorité qu'il se garde bien d'avoir face à un Montebourg puissant électoralement par exemple.

Hollande ne s'embarrasse pas avec la politesse et le respect des autres quand cela ne le sert pas. Seul ce qui sert à son ambition a de l'importance pour lui.

L'alliance du PS avec les Verts n'est pas du fait de Hollande mais de Martine Aubry. Lors de la campagne présidentielle, Hollande avait lâché que les alliances PS ne l'engageaient pas personnellement. Probablement que si le PS avait su que les Verts ne feraient que 2% à l'élection présidentielle, il n'aurait pas fait une telle alliance. Si Hollande avait été certain qu'à l'AN les Socialistes auraient la majorité absolue, il n'y aurait eu aucun ministre Vert au gouvernement. Voilà pourquoi, il ne s'embarrasse pas de scrupules face à ce parti qui ne lui sert à pas grand-chose et qui l'embarrasse. Quant aux Verts, ils n'existent que parce qu'ils ont 2 ministres au gouvernement, voilà pourquoi ils restent au pouvoir. En quittant le gouvernement, ils signent leur enterrement.

Hollande a loupé son coup d'autoritarisme très médiatique car personne n'est dupe de ses calculs uniquement faits pour arriver à ses fins, d'autant que dans d'autres circonstances beaucoup plus graves, il n'a rien dit et laissé faire parce que cela lui rapportait et lui rapporte encore.

La Nabote

Tag(s) : #L'actualité au jour le jour